Sommaire
Technologie
Bibliothèque
Ouvrages, France & Monde
Bassins de production
Considérations sur l'énergie - Quid des GES ?



Les gaz coupables !

 
    Si l'effet de serre n'existait pas, la température moyenne sur Terre serait de -18 °C. Autant dire que sa fonction d''isolateur de l'atmosphère est indispensable à la vie humaine. Cet effet de serre naturel est assuré pour les trois quart par la vapeur d'eau et pour le quart restant par le gaz carbonique [CO2), naturellement produit par les incendies ou les éruptions volcaniques.
    Ces proportions deviennent très différentes si l'on considère non plus l'effet de serre naturel mais son accroissement, lié à l'activité humaine. La vapeur d'eau ne joue plus aucun rôle cette fois, car les quantités émises, par exemple pour le refroidissement des centrales énergétiques, sont insignifiantes par rapport aux gigantesques masses que dégage l'évaporation des océans.
    Le facteur principal de l'augmentation de l'effet de serre est le CO2. A l'heure de la taxe carbone, plus personne ne l'ignore.
En revanche, on sait moins que quatre autres gaz sont à l'origine de près de 45 % de cette augmentation. Le premier est le méthane, à hauteur de 15 %. Ses principales
sources d'émission sont l'agriculture, les décharges à ciel ouvert et les fuites lors de l'extraction du gaz naturel.
    Le second est en fait une famille : celle des gaz fluorés, tel le CFC. La production du CFC et de ses dérivés est aujourd'hui interdite du fait de son rôle bien établi dans la destruction de la couche d'ozone. Mais les produits de remplacement, utilisés dans les réfrigérateurs et certains processus industriels, participent à l'accroissement de l'effet de serre pour environ 10%. 
    Le troisième, à hauteur de 5%, est le protoxyde d'azote, plus connu sous le nom de gaz hilarant. Il provient des engrais et de certains processus industriels.
    Enfin l'ozone est à l'origine des émissions restantes mais son suivi est difficile à réaliser techniquement, ce qui fait que l'on connaît moins bien son rôle.
    Comment se fait-il que ces quatre gaz soient responsables de près de la moitié de l'accroissement de l'effet de serre, alors qu'ils sont émis en quantités bien moindres que le CO2 ? Parce que leur structure chimique fait qu'ils captent davantage la chaleur, leur conférant un pouvoir réchauffant considérable : un kilogramme de méthane émis dans l'atmosphère est 25 fois plus réchauffant qu'un kilogramme de CO2; un kilogramme de protoxyde d'azote 300 fois plus; un kilogramme de gaz fluoré plusieurs milliers de fois plus. C'est la raison pour laquelle le méthane et le protoxyde d'azote sont pris en compte dans les négociations internationales sur la lutte contre le réchauffement climatique... même si l'on se focalise, sans doute un peu trop, sur le seul gaz carbonique.
Nicolas Chevassus pour CCAS-infos


 




Date de création : 03/12/2009 . 21:04
Dernière modification : 21/12/2014 . 21:15
Catégorie : Considérations sur l'énergie
Page lue 8153 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 65 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^