Sommaire
Technologie
Bibliothèque
Ouvrages, France & Monde
Bassins de production
Historique - Le courant alternatif

Le courant alternatif

C’est un ingénieur austro-hongrois, d'origine serbe, Nicolas TESLA, qui devait apporter la solution définitive avec l’invention de l’alternateur. Après ses études à l’Ecole technique supérieure de Gratz et, alors qu’il travaillait comme ingénieur à Strasbourg, il réalisa pour la première fois son champ tournant.
Naturellement, une nouvelle fois l’accueil ne fut pas des meilleurs de la part des spécialistes. En 1884, Tesla s’exila aux  USA, on connaît la suite, embauché par Thomas EDISON, industriel du courant continu, il lui proposa ses brevets sur le champ tournant, ce fut une fin de non recevoir.
Quatre ans plus tard, en 1888, Tesla exposa en public sa série de brevets et trouva un écho favorable auprès de la Compagnie Westinghouse, principal concurrent de Th.Edison. La Cie Westinghouse entreprit la construction d’alternateurs et de moteurs à courant alternatif.
Entre les deux majors la guerre pour la suprématie de chacune des deux technologies devait s’achever, en 1893, par la défaite de Th.Edison et de la distribution en courant continu.
Dans la dynamo à courant continu c’est le rotor qui fournit l’énergie par l’intermédiaire du collecteur, cette technologie présente de multiples inconvénients. Avec le  générateur de courant alternatif, ou alternateur, l’énergie est fournie par le stator, les inconvénients de la dynamo disparaissent : plus de contacts mobiles, possibilité de délivrer des puissances beaucoup plus importantes, tension de sortie nettement supérieure.
Pourtant si l’alternateur était apte à fournir son énergie sous une tension de 10 000 volts et plus, il manquait encore un maillon dans la chaîne production/distribution. Une tension de 10 000 V était insuffisante pour transporter sur des centaines de kilomètres les fortes puissances qu’il était possible de produire, en outre peu d’usagers pouvaient utiliser l’électricité sous cette tension.
La solution arriva par un inventeur français, Lucien GAULARD, celui-ci présenta le 6 février 1884, devant la Société française des électriciens, un appareil inconnu, c’était le transformateur.
De même que les autres inventions révolutionnaires qui apparurent sur cette brève période, le transformateur de Gaulard venait bousculer les hiérarchies établies et ne recueillit dans un premier temps que railleries et indifférence.
De l’autre côté de l’Atlantique, les mentalités étaient différentes, l’industrie démarrait, débarrassée des traditions, scrupules et autres arguments juridiques dont s’encombrait l’Europe. La Compagnie Westinghouse achetait les brevets de Gaulard et lançait le transformateur dans l’industrie mondiale
De 1890 à la fin du XIXe, les USA investirent plus de 10 milliards de francs dans l’industrie de la houille blanche.
De précurseur l’Europe était devenue suiveur. Un premier alternateur était installé par l’Allemagne en 1891. En France les premiers alternateurs tournèrent un peu avant la fin du siècle, en particulier avec Aristide BERGES, en 1897, dans son usine de Lancey.
 
Désormais tous les composants étaient disponibles pour la production de l’énergie hydroélectrique à grande échelle.

    .


Date de création : 31/07/2008 . 22:04
Dernière modification : 07/12/2012 . 22:05
Catégorie : Historique
Page lue 7246 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°1 

par simone le 23/11/2008 . 00:11

bravo


Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 65 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^